Au fur et à mesure du développement de la haute technologie, notamment des NTIC, ou plus précisément de la domotique, on ne peut plus se passer de connexion quoiqu’on fasse. C’est ainsi que les objets connectés ont pris peu à peu de la place dans la vie de tous les jours. Voici quelques chiffres pour confirmer les faits.

Objet connecté, quand tu nous tiens…

Partons de 2014, année où les objets connectés représentaient déjà la bagatelle de 655,8 milliards de dollars. Effectivement, ce n’est rien devant les prévisions du cabinet IDC qui estime la valeur minimale du marché des objets connectés à 1 700 milliards de dollars jusqu’à l’année 2020. En d’autres termes, il y aurait 50 milliards environ d’objets connectés sur cette planète terre. Les 2 milliards en vente annoncés par GFK France entre 2015 et 2020 sembleraient trouver facilement preneurs, et dans ce cas, chaque ménage aurait autour de 30 appareils domotiques à sa disposition.

Qui utilisent les objets connectés ?

Nous avons déjà donné un aperçu de quelques applications des objets connectés, mais dans cette rubrique, nous allons entrer un peu plus dans les détails en faisant un tour d’horizon de la question.

• Les sportifs

Les randonneurs peuvent se procurer de la montre de sport connectée qui est capable de capter diverses données comme l’altitude et la température. Pouvant établir une carte 3D, le gadget peut très bien servir de GPS. Les cavaliers peuvent avoir à leur disposition la sangle connectée qui sert à évaluer les performances de leur cheval.

• Les consommateurs

Cette catégorie d’utilisateurs rassemble presque tous les domaines. Les personnes qui font elles-mêmes le suivi de leur état de santé utilisent par exemple le tensiomètre connecté. Celles qui ne doivent pas oublier de prendre leur médicament utilisent le pilulier connecté ou le bouchon de tube de médicament connecté. Ceux qui voudront maintenir leur forme font usage du bracelet connecté et de la balance connectée, et on en passe.

• Les professionnels de la santé

Quoique la digitalisation des pratiques en médecine soit encore sujette de débat, les objets connectés sont là, déjà en vente ou en phase de projet. Ces derniers sont d’ailleurs prometteurs. Les professionnels de la santé utilisent par exemple le glucomètre connecté pour mieux surveiller leurs patients diabétiques.

D’une manière générale, on parle de smart grids pour les distributeurs d’énergie qui utilisent les objets connectés dans leurs gestions diverses, de smart industry pour les industriels qui usent de l’Internet des objets dans la régulation autonome de leurs équipements ou dans l’optimisation énergétique de leurs processus industriels. Il existe encore beaucoup d’autres domaines d’usage tout aussi intéressants les uns que les autres.